« L’enveloppe budgétaire »

2015_09_17

« L’enveloppe budgétaire »
ou
les véritables causes
de la morosité
en France

 

Nous allons parler ici de métonymie associée à un pléonasme. C’est grave. En plus, on a du grec plein la bouche. Ça ne peut pas durer. Heureusement, l’objet de cette étude est parfaitement français, et même français « de souche », et tellement de souche qu’il en est françois (on prononce « françoué », à la bressanne et en roulant le R s’il vous plaît). Il s’agit en effet du budget.

Mais l’on pourrait aussi parler du fisc, qui vient du latin fiscus, le panier. Pour financer une armée, soit le citoyen romain mettait dans le panier de quoi payer un soldat, soit il se faisait soldat lui-même. Le fiscus devint rapidement, (par métonymie) le contenu du panier : autrement dit la recette fiscale.

Il en va de même du budget. Vous savez que les rois (proncez « les roués ») de l’ancien temps vivaient sur un pied et menaient un train : mais ce pied devait être grand, et le train aussi. Pour alimenter train et pied en argent frais, iceulx roués ne levaient pas forcément des impôts sur leurs populations, mais puisaient dans ce qu’ils tiraient de l’exploitation de leurs domaines. Les recettes, converties en métaux précieux et en gemmes, reposaient dans le « trésor » (grec thesauros), une salle qui, elle, a pris le nom de son contenu (c’est de l’antimétonymie, cette affaire). Mais dans les temps anciens, où l’inflation n’existait pas et où l’or était rare, ce trésor tenait dans un simple sac, et en avait pris, par métonymie directe cette fois-ci, le nom : « le sac ».

Il y avait un vieux mot pour ce genre de sac : on l’appelait le bouge (sac de voyage en cuir, petit sac dans lequel on met son argent). De la forme bouge, on passe à la forme bougette, qui est attestée dans la littérature. La taille de la bougette est très variable : il y en a de petites chez les particuliers, de grosses chez les voleurs, les politiciens et les banquiers, et donc d’énormes chez les rois.

L’usage royal passe en Angleterre, via l’Aquitaine et l’Anjou, qui sont provinces de l’île. Le mot s’y implante et s’y pare de l’accent chantant des Britanniques : « la baoudjette ». Il connaît des fortunes diverses, mais revient en force en 1733, lorsque le ministre des finances de l’époque, devant la chambre des Communes, déclare à la fin des travaux « l’apertiure de la baoudgette », c’est-à-dire que la nouvelle saison des dépenses royales est lancée : « I open the budget. » Un pamphlet s’empare du fameux budget, de son contenu, de la façon dont il est géré, et le mot connaît alors une célébrité sans précédent, jusque chez les anglomanes français. Si l’inimitié chronique entre les deux peuples ralentira la progression de ce mot en France, elle ne l’arrêtera pas. Qui, aujourd’hui, sait encore que le budget (qu’on prononce par ici « büdjè ») est la francisation de la forme anglicisée d’un vieux mot roman ?

L’enveloppe n’a pas eu si belle fortune : si, comme son grand frère le sac de cuir, elle a fait l’objet d’une ellipse qui lui a ouvert l’accès à la métonymie, elle n’a pas pour autant traversé la Manche, et son mot n’a pas changé de forme. Mais quand même, aujourd’hui, on l’utilise parfois de la manière la plus bête qui soit puisque c’est dans un pléonasme : « l’enveloppe budgétaire ». Il faut vraiment avoir fait Sciences Po, Journalisme ou l’ENA pour causer aussi mal. Et quand on baragouine ainsi, comment pense-t-on ? Et comment, alors, fait-on penser les autres ? Et comment, surtout, gère-t-on le budget qu’on croit contenu dans une enveloppe ? On pèle le tout, comme un oignon ? Voilà pourquoi les Français pleurent.

FIN

Publicités

A propos alabergerie

Lit Écrit Corrige Publie, et râle.
Cet article, publié dans Grand n'importe quoi, Littérature, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour « L’enveloppe budgétaire »

  1. Vivien dit :

    Voilà une belle leçon d’étymologie racontée avec beaucoup de talent !

  2. J’ai appris en m’amusant, que demander de plus ? Bravo et merci.

  3. Arthurin dit :

    « Et quand on baragouine ainsi, comment pense-t-on ? Et comment, alors, fait-on penser les autres ? »

    On délègue à l’habitus et au conatus, what else ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s